Home >> Airports

Airports

Refine your search
Geographical area
Airports

Copenhagen Airport 

Copenhagen Airport

Copenhagen Airport (sometimes “Copenhagen Airport, Kastrup”, in Danish: Københavns Lufthavn, Kastrup) is the international airport of Denmark’s capital, Copenhagen.

Extensive of 1,100 hectares, it occupies the south-east of the island of Amager on the parish of Kastrup located in the municipality of Tårnby and more marginally, on that of Dragør. The airport is 8 km from Copenhagen city center and 24 km from Malmö city center.

Kastrup is the main hub of Scandinavian Airlines (SAS) . In 2009, the airport saw close to 60,000 passengers a day, an annualized traffic of 19.7 million passengers. It is thus, at this date, the most important airport of the Nordic countries, followed closely, in passenger traffic, by the Oslo-Gardermoen international airport and then by Stockholm-Arlanda airport. Copenhagen Airport is owned by Københavns Lufthavne, which is 39% owned by the Danish State and also owns Roskilde Airport.

Copenhagen Airport is connected to the city center by the M2 metro line from Copenhagen with the Lufthavnen station. A direct connection to Copenhagen Central Station (København H) is offered by the Danske StatsBaner trains (best journey time in 2013: 12 minutes) serving the Copenhagen-Kastrup airport station. The airport is also served by long-distance trains to / from other parts of Denmark and Sweden, including the Copenhagen-Malmö line.

Also available for charter flights worldwide . Destination are mainly Europe but also America .

Aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino

 

 

L’aéroport international Léonard-de-Vinci (en italien : Aeroporto Leonardo da Vinci di Fiumicino) (code AITA : FCO • code OACI : LIRF) situé à Fiumicino près de Rome est le principal aéroport italien et de la capitale. Classé au 25e rang mondial pour les passagers transportés en 2010 (36 337 523), il est géré par Aeroporti di Roma (ADR S.p.A.) qui depuis 1974 est la société concessionnaire du système aéroportuaire de la capitale romaine et qui comprend outre Fiumicino, l’Aéroport international Giovan Battista Pastine, situé à Ciampino.

Avec un trafic de 36 millions de passagers en 2010 (sans l’aéroport de Rome-Ciampino) et plus de 140 compagnies aériennes à destination de 160 aéroports qu’il est possible d’atteindre depuis Rome, ADR est la principale société aéroportuaire d’Italie et la 6e en Europe (518 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé en 2003).

Pour faire face à l’augmentation du trafic et la saturation de l’aéroport de Ciampino, le Ministère de l’Aviation italien chercha dès 1947 un nouveau lieu pour implanter un aéroport. Trois sites étaient pressentis : Magliana Vecchia (dans la zone sud ouest de Rome), Castel di Decima (au sud est) et Casal Palocco (plus éloigné et sur la route d’Ostie). Ce dernier site fut retenu. La nouvelle Direction générale de l’Aviation civile italienne présenta en 1952 un nouveau projet d’aéroport situé à l’embouchure du Tibre et composé de deux pistes perpendiculaires.

Le projet d’aérogare fut la jonction de deux propositions : d’un côté celle de MM. Moranti et Zavitteri qui avaient remporté initialement le marché, de l’autre MM. Luccichenti et Monaco dont certaines idées avaient été retenues. Le projet fut adopté définitivement en août 1958. Les travaux se déroulèrent sur 21 mois. L’inauguration eut lieu le 20 août 1960, mais uniquement pour accueillir des vols charter dans un premier temps en raison de l’ouverture des Jeux olympiques qui s’ouvraient cinq jours plus tard à Rome. Le premier vol commercial n’interviendra véritablement que dans la nuit du 14 au 15 janvier 1961 par l’atterrissage d’un Constellation de TWA en provenance de New York et qui avait fait une escale technique à Tunis.

L’aéroport n’était pas encore terminé. Alitalia commanda dans les années suivantes la construction de hangars pour ses DC 8. En 1973, la piste n° 3 fut construite ainsi qu’un nouvel hangar pour accueillir les Boeing 747. Cette même année, une loi de l’État italien décida de confier la gestion de l’aéroport à la société Aeroporti di Roma s.p.a. (AdR) qui entra en vigueur en juillet 1974.

Le 27 décembre 1985, des attaques simultanées contre les aéroports de Rome et de Vienne par le Fatah-Conseil révolutionnaire font 16 morts dans cet aéroport.

Depuis les années 1970, l’aéroport fut énormément agrandi par de nouvelles aérogares ultramodernes. Il y a actuellement quatre aérogares (Terminal A, Terminal AA, Terminal B, Terminal C). Le cinquième Terminal a été inauguré en mai 2008.

L’aéroport a actuellement quatre pistes: la 16L/34R et la 16R/34L (séparées par une distance de 4 000 mètres), la 16C/34C (utilisée comme piste de déroulage ou comme backup de la piste 16L/34R) et la 07/25 (utilisée uniquement en direction ouest à cause des vents dominants).

Depuis 2005 l’aéroport est caractérisé par des pistes pour atterrissages instrumentales de précision de catégorie III B (système ILS). Des travaux ultérieurs ont commencé en 2007 pour faire fonctionner les aides lumineux qui permettront de passer de dix mouvements actuellement permis en cas de fort brouillard à trente dans le futur.

Les travaux en 2008 pour la construction d’une nouvelle aérogare, le Pier C, permettront à l’aéroport de gérer les 55 millions de passagers envisagés par la société AdR dans la période 2008-2018.

En avril 2008, les travaux sur la piste 1 sont terminés. Ces travaux ont permis d’accueillir les grands avions de nouvelle génération comme l’Airbus A380. Une deuxième tour de bureaux inauguré en septembre 2008 pour les compagnies aériennes. Le système de cogénération sera aussi terminé en 2008 : ce système permettra à l’aéroport de produire énergie en respectant l’environnement.

Un important projet d’agrandissement de l’aéroport, baptisé “Fiumicino Due” est à l’étude. Il consisterait à adjoindre deux nouvelles pistes et un nouveau terminal au nord-ouest de l’aéroport actuel. Ce projet, d’un coût de l’ordre de 12 milliards € devrait en principe s’achever en 2037.

Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry

L’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (code AITA : LYS • code OACI : LFLL) anciennement dénommé aéroport de Lyon-Satolas, est un aéroport français situé sur la commune de Colombier-Saugnieu à 25 km à l’est de Lyon, dans le département du Rhône.

Avec 8,56 millions de passagers en 2013, il se classe comme le quatrième aéroport français derrière ceux de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly et Nice Côte d’Azur. Sa gestion est assurée par la société Aéroports de Lyon.

L’aéroport s’étend sur une superficie de 2 000 ha, dont 900 de réserves foncières2. Il est situé sur les communes de Colombier-Saugnieu (majoritairement), Pusignan, Genas et Saint-Bonnet-de-Mure. L’aéroport profite de la situation de la région lyonnaise, carrefour historique entre les vallées du Rhône et de la Saône, et de sa proximité avec la Suisse et l’Italie.

L’aéroport est situé à environ 25 km du centre de Lyon, 75 km de Saint-Étienne, 80 km d’Annonay, 85 km de Chambéry, 90 km de Grenoble. Il est accessible depuis l’ensemble de la région Rhône-Alpes par différents moyens de transports :

  • En voiture, par l’autoroute A432 connectée aux autoroutes A42, A46 au Nord et A43 au Sud.
  • En car, grâce aux navettes régulières Satobus depuis les principales villes de Rhône-Alpes : Grenoble (avec une fréquence horaire), Bourgoin-Jallieu, Bourg-en-Bresse via Ambérieu, Annecy via Aix-les-Bains et Chambéry. Des navettes sont également disponibles sur réservation pour Valence et Vienne. Lors de la saison hivernale, des navettes sont mises en service entre l’aéroport et les principales stations de sports d’hiver de la région, ainsi que quelques stations de la région PACA.
  • En tramway depuis le centre-ville de Lyon par la liaison Rhônexpress, une ligne de tramway express qui le relie à la gare de Lyon Part-Dieu en moins de 30 minutes grâce à un nombre réduit d’arrêts intermédiaires (Vaulx-en-Velin – La Soie et Meyzieu Z.I., en correspondance avec le métro et le tramway) et une vitesse de pointe en exploitation de 100 km/h. Cette liaison est en service de h à minuit et offre aux usagers une fréquence de 30 minutes de h à h et de 21 h à h 40 et une fréquence de 15 minutes de h à 21 h. Elle remplace lors de son ouverture l’ancien service Satobus reliant la gare Lyon-Part-Dieu à l’aéroport.
  • En minibus, avec la société ELIT Voyages, qui propose en 30 minutes de rejoindre le centre de Lyon (Place Bellecour).
  • L’aéroport est équipé de :
    • Deux pistes parallèles équipées de l’ILS de catégorie III :
      • Piste A, d’origine, 4 000 m x 45 m, orientation 18R/36L, utilisée préférentiellement pour les décollages
      • Piste B, mise en service en mai 1992, 2 670 m x 45 m, orientation 18L/36R, utilisée préférentiellement pour les atterrissages
    • Trois terminaux équipés12 de 16 passerelles télescopiques d’embarquement direct et 80 postes hors passerelles :
    • Cinq parkings et deux dépose-minute d’une capacité totale d’environ 16 000 places. Les parkings les plus éloignés sont reliés aux terminaux par un service de navettes gratuites. Ces navettes fonctionnent 24/24.
    • Des parkings privés situés à proximité de l’aéroport13
    • Une gare TGV avec trois voies à quais (620 000 passagers en 2013) en service depuis 1994.
    • Des boutiques : mode, boutique hors taxes, bijouterie, tabac-presse, etc.
    • Une dizaine d’hôtels à proximité.
    • Cinq entreprises de location de voitures (Europcar, Avis, Rent A Car, Hertz, Sixt).

Aéroport de Florence-Peretola

L’aéroport a été créé en 1910. En 1938-1939, une piste en dur a été construite ; elle mesurait 1 000 m. Les premiers vols commerciaux sont apparus à la fin des années 1940. En 1984, l’aéroport a été rénové et sa piste agrandie à 1 400 m. La piste a été de nouveau agrandie de 250 m en 1996. En 2006, l’aéroport a été fermé durant 65 jours parce qu’il était nécessaire de rénover les installations aéroportuaires (piste, aérogare, etc.).

Le 5 décembre 2012, Vueling Airlines annonce l’ouverture d’une nouvelle base d’opérations pour voler à destination de Florence depuis sept destinations en Europe : Hambourg, Barcelone, Berlin, Copenhague, Londres Heathrow, Madrid et Paris Orly.

Le trafic n’a pas cessé d’augmenter depuis 2006 mais a chuté en 2009. En 2011, il est le 18e aéroport italien en termes de trafic de passagers. Sa capacité annuelle de traitement de passagers est 2 400 000 passagers.

Aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino

Aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino

Pour faire face à l’augmentation du trafic et la saturation de l’aéroport de Ciampino, le Ministère de l’Aviation italien chercha dès 1947 un nouveau lieu pour implanter un aéroport. Trois sites étaient pressentis : Magliana Vecchia (dans la zone sud ouest de Rome), Castel di Decima (au sud est) et Casal Palocco (plus éloigné et sur la route d’Ostie). Ce dernier site fut retenu. La nouvelle Direction générale de l’Aviation civile italienne présenta en 1952 un nouveau projet d’aéroport situé à l’embouchure du Tibre et composé de deux pistes perpendiculaires.

Le projet d’aérogare fut la jonction de deux propositions : d’un côté celle de MM. Moranti et Zavitteri qui avaient remporté initialement le marché, de l’autre MM. Luccichenti et Monaco dont certaines idées avaient été retenues. Le projet fut adopté définitivement en août 1958. Les travaux se déroulèrent sur 21 mois. L’inauguration eut lieu le 20 août 1960, mais uniquement pour accueillir des vols charter dans un premier temps en raison de l’ouverture des Jeux olympiques qui s’ouvraient cinq jours plus tard à Rome. Le premier vol commercial n’interviendra véritablement que dans la nuit du 14 au 15 janvier 1961 par l’atterrissage d’un Constellation de TWA en provenance de New York et qui avait fait une escale technique à Tunis.

L’aéroport n’était pas encore terminé. Alitalia commanda dans les années suivantes la construction de hangars pour ses DC 8. En 1973, la piste n° 3 fut construite ainsi qu’un nouvel hangar pour accueillir les Boeing 747. Cette même année, une loi de l’État italien décida de confier la gestion de l’aéroport à la société Aeroporti di Roma s.p.a. (AdR) qui entra en vigueur en juillet 1974.

Le , des attaques simultanées contre les aéroports de Rome et de Vienne par le Fatah-Conseil révolutionnaire font 16 morts dans cet aéroport.

Depuis les années 1970, l’aéroport fut énormément agrandi par de nouvelles aérogares ultramodernes. Il y a actuellement quatre aérogares (Terminal A, Terminal AA, Terminal B, Terminal C). Le cinquième Terminal a été inauguré en mai 2008.

L’aéroport a actuellement quatre pistes: la 16L/34R et la 16R/34L (séparées par une distance de 4 000 mètres), la 16C/34C (utilisée comme piste de déroulage ou comme backup de la piste 16L/34R) et la 07/25 (utilisée uniquement en direction ouest à cause des vents dominants).

Depuis 2005 l’aéroport est caractérisé par des pistes pour atterrissages instrumentales de précision de catégorie III B (système ILS). Des travaux ultérieurs ont commencé en 2007 pour faire fonctionner les aides lumineux qui permettront de passer de dix mouvements actuellement permis en cas de fort brouillard à trente dans le futur.

Les travaux en 2008 pour la construction d’une nouvelle aérogare, le Pier C, permettront à l’aéroport de gérer les 55 millions de passagers envisagés par la société AdR dans la période 2008-2018.

En avril 2008, les travaux sur la piste 1 sont terminés. Ces travaux ont permis d’accueillir les grands avions de nouvelle génération comme l’Airbus A380. Une deuxième tour de bureaux inauguré en septembre 2008 pour les compagnies aériennes. Le système de cogénération sera aussi terminé en 2008 : ce système permettra à l’aéroport de produire énergie en respectant l’environnement.

Un important projet d’agrandissement de l’aéroport, baptisé “Fiumicino Due” est à l’étude. Il consisterait à adjoindre deux nouvelles pistes et un nouveau terminal au nord-ouest de l’aéroport actuel. Ce projet, d’un coût de l’ordre de 12 milliards € devrait en principe s’achever en 2037.

Krakow Balice John Paul II

 

Krakow or Krakow Balice Airport was renamed John Paul II in honor of the Polish Pope who lived in the city long before his pontificate; military until 1963, it will open to civilian traffic and sees its rise until late thanks to the arrival of low cost airlines.

Today, the annual number of passengers is around 3.6 million passengers, making it the second country behind Warsaw. Its IATA and ICAO codes are KRK EPKK and it can accommodate any type of aircraft without any restrictions.

Located about 11 kilometers west of the city, buses will get you to the city center and a taxi service is available.

In addition to numerous regular flights to Europe mainly, the airport is also a charter Therefore airport. It accommodated the charter flights for the 2016 World Youth Day in July of next year.

Main destinations on the year: Europe, Africa

Top Destinations in season: Spain, Greece, Morocco, Turkey and sun destinations

Long haul: punctual flights chains

In charter: all destinations with major events such as sports travel, corporate shuttles or conventions.

New York John F. Kennedy

aéroport new york

John F. Kennedy International Airport (IATA: JFK, ICAO: KJFK, FAA LID: JFK) is a major airport in the borough of Queens in New York City, owned by the City of New York and operated by the Port Authority of New York and New Jersey under a long-term operating lease. It is about 12 miles (19 km) southeast of Lower Manhattan. It is the busiest international air passenger gateway in the United States, handling more international traffic than any other airport in North America.[3] It is also the third-leading freight gateway to the country by value of shipments.[4] In 2014, the airport handled 53,254,362 passengers,[5] making it the 18th-busiest airport in the world and sixth-busiest in the United States by passenger traffic. Together, JFK International, LaGuardia, and Newark Liberty airports, all operated by the Port Authority of New York and New Jersey, are the largest airport system in the United States, second in the world in terms of passenger traffic, and first in the world by total flight operations.

Nantes Atlantique

Nantes Atlantique Airport (IATA: NTE, ICAO: LFRS) (French: Aéroport Nantes Atlantique, formerly known as Aéroport Château Bougon) is an international airport serving Nantes, France. It is located 8 kilometres (5.0 mi) southwest of the city, in Bouguenais.[2]

The airport is operated by the Chambre de commerce et d’industrie de Nantes. It is currently the largest airport in the west of France, with a maximum capacity of three million passengers a year.[3] In 2013, the airport handled 3,930,849 passengers, an increase of 8.2% compared to 2012.[4]

Paris-Charles-de-Gaulle

title aéroport de Paris

Paris Charles de Gaulle Airport (French: Aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, IATA: CDG, ICAO: LFPG), also known as Roissy Airport (or just Roissy in French), is one of the world’s principal aviation centres, as well as France’s largest international airport. It is named after Charles de Gaulle (1890–1970), leader of the Free French Forces and founder of the French Fifth Republic, as well as the President of France from 1959 to 1969. The airport is located within portions of several communes, 25 km (16 mi)[3] to the northeast of Paris. The airport serves as the principal hub for Air France as well as a European hub for Delta Air Lines.es.